16.12.20

DES NOUVELLES DES RH :

La santé psychologique au travail

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) définit la santé psychologique comme étant l’état de bien-être qui permet à chacun.e de réaliser son potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie, de travailler avec succès et de manière productive et d’être en mesure d’apporter une contribution à la communauté. 

Sachant que 47 % des travailleur.ses au Canada estiment que leur travail est l’élément le plus stressant de leur quotidien1, il incombe aux employeurs d’entreprendre toutes les mesures raisonnables pour créer et maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire sur le plan psychologique2.  

Voici quelques sujets de réflexions et actions que nous avons entreprises dans ce domaine chez Behaviour. 

Le rôle de l’entreprise. 

Il y a 9 mois, la propagation du coronavirus, a mis le monde à l’arrêt pour beaucoup mais pas pour nous. L’industrie du jeu vidéo a continué de prospérer, et nos employé.es ont dû s’adapter à une nouvelle réalité et faire face à la dissonance cognitive d’être occupé.e alors que le reste du monde évoluait au ralenti. 

Notre première étape a été de rassurer tou.tes les employé.es sur le fait que l’horaire hebdomadaire traditionnel de 37,5h de travail par semaine ne devait pas devenir une source de stress. Nous avons encouragé nos équipes à faire de leur mieux compte tenu de la situation et les horaires de travail sont finalement devenus naturellement flexibles – un élément très apprécié au sein de Behaviour comme nous le confirme nos récents résultats provenant de notre outil de mesure d’engagement.   

Nous avons également créé très rapidement un guide de télétravail pour aider nos employé.es à gérer ce business as unusual en plus de la charge mentale et émotionnelle que cette situation a créé, notamment pour les parents.  

Nous avons ensuite envoyé un sondage à tou.tes nos employé.es pour prendre le pouls concernant la situation et leur demander comment nous pouvions les aider.  

Grâce à ces résultats, nous avons décidé d’offrir diverses activités pour améliorer leur bien-être au quotidien ainsi que celui de leurs enfants.  

Voici quelques exemples d’activités que nous avons mises en place suite aux résultats du sondage:  

  • Conférence virtuelle sur la pleine conscience,  
  • Cours de sport en ligne, 
  • Soirée de jeux de sociétés en ligne, 
  • Tournoi de jeux vidéo en ligne, 
  • Activités ponctuelles pour les enfants (Cours de Magie virtuels, téléconférence avec un refuge d’animaux), 
  • 5@7 virtuels. 

Dans le but de créer une dimension humaine lors des conversations, nous avons également livré des webcams aux employé.es qui souhaitaient en avoir une et nous avons recommandé à tou.tes nos gestionnaires de l’activer lors de leurs rencontres avec les employé.es.  

Finalement, nous avons créé un espace COVID-19 : outils pratiques sur notre intranet dans lequel nous avons pu intégrer des informations concernant le virus et des détails sur les ressources disponibles telles que le programme d’aide aux employés (PAE), notre couverture d’assurance maladie, une politique de remboursement pour les dépenses de bureau à domicile ou encore des formations. 

Selon une étude récente, 7% des employé.es utilisent le PAE alors que 20% en aurait besoin. C’est en prenant conscience de cette mesure que nous nous sommes allié.es avec notre partenaire Morneau Shepell pour mettre en place des journées spécifiques durant lesquelles les employé.es de Behaviour peuvent appeler un numéro dédié pour rejoindre leur PAE.  Ils.elles peuvent ainsi discuter en toute confidentialité de leurs problématiques concernant l’optimisation de leur bien-être émotionnel. 

Le rôle des gestionnaires. 

La sensibilisation des gestionnaires à la santé psychologique est une priorité absolue. Comme l’a révélé une étude, seul 23% des travailleur.euses canadien.nes se sentiraient à l’aise de parler à leur employeur3 d’un problème de santé psychologique. Les gestionnaires sont responsables de créer un espace sécuritaire pour leurs employé.es où ils et elles peuvent parler de ces problèmes, mais peu sont formé.es pour évaluer si une personne est en détresse émotionnelle. 

C’est ce à quoi nous sommes en train de travailler actuellement: détecter un changement de comportement soudain (qui est le premier signe d’une mauvaise santé mentale). Nous pouvons, par la suite, référer à des professionnel.les, déculpabiliser l’employé.e et le.la soutenir en trouvant ensemble une solution adaptée (e.g. ajustement ou réduction des heures de travail). 

De manière plus globale, c’est aussi grâce à nos gestionnaires que nous avons pu identifier, il y a quelques mois, l’impact émotionnel que notre communauté peut avoir sur certain.es membres de nos équipes (spécifiquement ceux.celles qui sont en contact direct avec nos joueur.ses).  

Afin de les aider à développer une plus grande résilience et limiter l’impact nuisible que ces contenus peuvent parfois engendrer sur leur santé psychologique, nous avons mis en place des ateliers participatifs dans le but qu’ils.elles développent des stratégies pour améliorer les relations individuelles avec notre communauté. 

En attendant, pour la préserver, il faut faire des choses que l’on aime. Commence aujourd’hui en faisant une liste de ce qui te fait du bien dans la vie et au travail et planifie ta semaine en les intégrant dans ta routine.  

Aussi, n’oublie pas de trouver des façons de passer du temps avec tes collègues, de rire, de te détendre et de partager avec eux.elles (un café ou un lunch virtuel par exemple?). 

Chacun.e peut prendre des mesures pour protéger sa santé mentale en prenant le temps de faire ce qui le.la rend heureux. Commence dès aujourd’hui en dressant une liste des choses que tu aimes au travail et en dehors du bureau et intègre-les à ton emploi du temps hebdomadaire. 

Et n’oublie pas de passer du temps avec tes collègues, de rire, de te détendre et peut-être de partager un déjeuner virtuel ou une pause-café avec eux. 

Si tu as des inquiétudes, utilise les outils que ton entreprise met à ta disposition et n’aies jamais peur de parler à ton.ta gestionnaire ou à ton équipe RH. 

Pour aller plus loin/outils :  

ACPAM 
Centre d’étude sur le stress humain 
Commission de la santé mentale du Canada 
Plateforme collaborative internationale de bonnes pratiques en santé de vie au travail 

[1] The Mental Health Commission of Canada. (2016). National Standard. 
[2] According to Canada’s Occupational Health and Safety Regulations. 
[3] Canadian Centre for Occupational Health and Safety. (2016). Mental Health. 

Marjorie Desriac
Partenaire d’affaires Ressources Humaines
Behaviour Interactif